sandra dee

Sandra Dee fut offerte à l’admiration sans bornes du public comme l’exemple de la parfaite jeune fille américaine. L’antithèse absolue de James Dean qui affolait la bien pensance nationale et menaçait l’équilibre de la nation, Sandra Dee fut propulsée vers les écrans et les sommets! Obéissant bien à maman, étudiant bien au collège et se nourrissant d’Ice Cream et de sodas. Elle ne ment pas ne jure pas ne fume pas, ne rentre pas après vingt heures exception faite pour la messe de minuit du 25 décembre.

Toujours blonde, toujours gentille, bien proprette et bien élevée, jamais décoiffée, elle froufroutait dans le tulle blanc et la bienséance du dimanche. Toujours vierge, inutile de le dire, découvrant assez effarée dans les dix premières minutes de ses films qu’il existait aussi des garçons. Diable! Qui l’eût cru?

Qui eut cru surtout que la perfection de Sandra Dee était plus artificielle encore que ses personnages et qu’il n’y avait dans les tenues de bain fort sages de Gidget qu’un être déchiré par de perpétuelles souffrances. Sandra se démoda aussi vite que ses films et ses personnages. Inconnue en 1957 elle était oubliée en 1965. Quelle fulgurance dans la réussite comme dans la chute.

Seule sa souffrance aura été constante.

CLIQUEZ SUR LE LIEN CI-DESSOUS POUR DECOUVRIR LA BIOGRAPHIE DE SANDRA DEE PAR CELINE COLASSIN

224 sandra dee

pas de réponses

Laisser un commentaire

Laminutefilm |
animevfvostfr |
Ich und Kaminsky |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Leschroniquesdegabi
| Movie's Analyse
| Horror Zone